Si tu ne captes rien à Twitter

Si tu ne captes rien à Twitter

Je suis une femme de mon époque. une meuf aware.

Je veux dire, je shoppe en ligne, je fais des muffins que j’Instagramme (oui, du verbe Instagrammer) avant d’autoriser mes enfants à les manger, je suis Digital Intoxiquée Complet, et en tant que bloggueuse qui se respecte, je me tiens au courant de toutes les tendances Déco, Mode, Lifestyle, Food, Health, DIY, Hygge, Green, Croptop, Colorblock, Graines de Chia, Slowfood, beuuuuuurrggghhhhh pardon j’ai vomi.

J’ai créé mon Blog, j’ai une page Facebook (même deux en fait), un compte Insta, un espace HelloCoton, je suis sur Linkedin et Google +, et mes 2 filles qui sont encore en maternelle ont déjà leur adresse email prénom+nom@gmail.com réservée.

(bah oui parce que les chipie79@laposte.net c’est quand même une sacrée loose)

DONC on est d’accord, je suis une femme de mon époque, shit!

Mais il y a un Mais. Un blocage. Une montagne infranchissable. Un truc qui défie l’intelligence (enfin, la mienne)(qui est pourtant hyper respectable)

                j’ai pas trouvé d’oiseau bleu mort…

J’ai nommé l’oiseau bleu. le Cui Cui turquoise. Le réseau ailé. Twitter quoi! vous êtes nuls en métaphores ou quoi ?

 

Nan mais c’est quoi, CE BORDEL ?

Ce n’est pas faute d’avoir essayé. J’ai même créé un compte. SI SI, je vous dis, le mot de passe et l’identifiant sont notés là, chez moi, quelque part sur l’un de mes 14 petits carnets trop mignons avec des fleurs, des pastèques, des cactus, ou des couvertures à citation.

Je me suis connectée, j’ai mis une photo de profil – la partie la plus sympa, à mon avis – j’ai ajouté quelques « Followings » = « Abonnements » qui m’intéressaient, et j’ai exploré les « Tendances » = Sujets d’actualité du moment.

J’ai rédigé un Tweet, littéralement Gazouilli en 140 caractères, ce qui, déjà, a frustré la rédactrice prolifique qui est en moi, en y intégrant des #HASHTAGS (des « dièses » qui se la pètent) et des @Mentions (l’équivalent du bon vieux « taggage » facebookien).

Le temps de faire tout ça, j’avais déjà quelque « Followers », des abonnés quoi, qui avaient dû être attirés par mon physique de bombasse en maillot de ma photo  mon tweet très spirituel sur l’action politique gouvernementale en Ouzbekistan.

Et voilà ! Vous avez vu comme je vous ai fait passer en douce un petit lexique /vocabulon l’air de rien ?

 

 

Pourquoi je ne cèderai pas.

D’abord parce que je suis têtue. Enfin ça, j’suis pas sûre, c’est l’Homme qui me l’a dit.

Mais surtout, ce que je n’aime pas sur ce réseau social, c’est que je ne le trouve pas assez « real life ».

Il est surtout envahi de Politiques, de Stars ou pseudo célébrités, de journalistes en quête de Punch lines et de bloggeurs (ouuuh, ceux là c’est les pires.)

Sur Twitter, tu es seul, et si tu n’as pas de followers, tu es IN-VI-SIBLE. Puni au fond de la cour de récré. Le truc avec ce site, c’est que c’est la course à la visibilité, au Gros Tweet qui tue, drôle, ou percutant, et qui sera repartagé par d’autres utilisateurs.

Ce qui rend le tout peu spontané, un peu trop calculé, et surtout méga chronophage (traduire : qui mange des pendules).

Du coup je préfère clairement me concentrer sur mon bon vieux Facebook, parce que Marc Zukerberg et moi, c’est quand même une affaire qui roule depuis 10 ans, et puis pour le coup, l’herbe n’est pas forcément plus bleue ailleurs.

Ou trainer sur un Insta blindé de jolies photos, de fitgirls qui me motivent pour aller au sport, de cookingsmamas qui m’inspirent avec leurs recettes, ou tout simplement de mes potes qui me font voyager avec leurs photos d’Ailleurs.

Alors Non Twitter, tu ne passeras pas par moi. Le Divorce est acté. Je persiste, je signe , je résiste et je prouve que j’existe. Ah! si France Gall voyait ça…

 

Et toi, tu tweet ?

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *